accueil > pédagogie > déroulement d’un atelier type

pédagogie

 

© Audrey Bastard

Phase préparatoire

Un atelier bien préparé est généralement le gage d’un atelier réussi.


1/ Prise de contact

L’enseignant ou le directeur de la structure accueillante consulte l’artiste. Il communique à l’artiste le thème, le nombre et l’âge des enfants, le nombre d’heures à allouer au projet ainsi que toutes les informations susceptibles d’aider l’artiste à concevoir l’atelier. Par exemple, les projets d’école et les projets pédagogiques sont souvent des sources très précieuses.

2/ Devis

En fonction des informations communiquées, l’artiste fournit un devis détaillé de la prestation. Tout changement significatif ou demande supplémentaire devra faire l’objet d’un nouveau devis.

3/ Étude de projet

Après réception du devis daté et signé avec le bon pour accord de la structure accueillante, l’artiste étudiera le projet en détail : objectifs artistiques, intérêts pédagogiques, faisabilité de réalisation, matériel et outillage nécessaires, et enfin un calendrier définissant et structurant les différentes étapes de la réalisation avec les enfants. Cette étude permet également de déterminer la répartition des prises en charges. L’encadrement humain et les matières premières sont généralement pris en charge par la structure. Quant à l’outillage spécifique, il est apporté par l’artiste.

Lors de cette étude, tous les paramètres sont évalués afin de permettre aux enfants d’agir en toute sérénité et créativité.

4/ Réunion de calage

Les acteurs discutent et ajustent tous les points relatifs à l’exécution de l’atelier en s’appuyant sur l’étude de projet proposée par l’artiste.


Phase d’exécution

Objectif général: L’enfant réalise une œuvre d’art en appréhendant l’art contemporain par la pratique.

Objectifs artistiques et manuels en fonction du thème choisi.

Selon l’âge et la maturité des enfants, la durée des séances ne peut excéder 2h00. Au-delà, les enfants ne sont plus réceptifs.

Chaque séance doit pouvoir commencer dans la bonne humeur et être introduite pour permettre aux enfants de comprendre et aimer ce qu’il s’apprête à faire. Par ailleurs, chaque enfant travaillera à son rythme, et agira selon ses aspirations.

Verbaliser. Verbaliser ce que l’on est en train de faire, dire pourquoi, dire comment, car dire c’est entrer dans une phase d’analyse porteuse pour aboutir. Si nous sommes dans le champ de l’expression, alors elle doit pouvoir recouvrir toutes les formes, tant artistiques que verbales. Un bilan collectif est réalisé à chaque fin de séance. Il permet de soulever les problèmes, développer le sens critique, et l’enfant peut ainsi se projeter dans la séance d’après.

Du collectif et de  l’individuel. Si l’enfant doit pouvoir s’épanouir en tant qu’individu, les valeurs du “vivre ensemble” sont sans cesse présentes durant toute la durée de l’atelier.

Documentation. Afin d’éveiller la curiosité et permettre aux enfants d’argumenter leur travail, l’artiste apporte des exemples d’œuvres d’Art réalisées par des artistes de l’art moderne et contemporain. Les livres sont consultables durant les séances et sont très souvent matière à débat, discussion, compréhension…

Le rôle de l’artiste est de mener l’atelier et guider les enfants dans la réalisation de leur projet plastique. Il est une aide technique et apporte aux enfants les moyens de la réalisation. Il explique les techniques et les règles de sécurité à respecter lors de l’utilisation d’outils spécifiques.

Dernière préconisation : En aucun cas, la présence de l’artiste ne doit dispenser les structures de loisirs d’appliquer les taux d’encadrement humain. Les animateurs et les enseignants sont des aides particulièrement précieuses.


Phase de valorisation auprès du public

La valorisation du travail effectué par les enfants peut prendre diverses formes en fonction du thème et du type de réalisation : exposition accompagnée d’un vernissage, film vidéo, performance-spectacle, etc.